×

L'Odyssée

Chaque année, durant 3 jours au pied de la BNF et sur les quais du XIIe, l’Odyssée installe son Village de l’Eau, lance des courses nautiques et réunit sur l’eau, bateaux de travail, de transport, de loisirs et de plaisance pour un inoubliable carnaval flottant. C’est aussi sur les berges, une gigantesque guirlande de lampions tendue de Champigny-sur-Marne jusqu’à Chatou qui dessine la plus belle guinguette du monde et fait danser toute l’Île-de-France.
Mais l'Odyssée, c'est avant tout, une fantastique aventure collective qui installe aux quatre coins de la métropole, des chantiers navals d'un nouveau genre.

Un évènement incontournable

LE PREMIER ÉVÉNEMENT CULTUREL, ENVIRONNEMENTAL, SOLIDAIRE ET SPORTIF DÉDIÉ À LA SEINE, LA MARNE ET LES CANAUX

→ L’ODYSSÉE, C’EST QUOI ?

C’est d’abord la volonté d’écrire un grand récit collectif métropolitain.
Une légende contemporaine, mosaïque de centaines de petites histoires qui racontent notre rapport à l’eau, au travers de chantiers navals, projets collectifs installés au coeur des quartiers. Mais c’est aussi l’envie de changer les regards, d’imaginer ensemble et de dessiner les contours de la ville de demain qui se transforme sur et au bord de l’eau.
C’est enfin le plaisir de partager une passion pour les voies d’eau, de faire découvrir les gens qui y travaillent, ceux qui les font vivre, et de partager ensemble des expériences uniques.

→ L’ODYSSÉE, C’EST QUAND ?

La première édition aura lieu du 18 au 20 septembre 2020.
Elle s’inscrit dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité, des Journées du Patrimoine, et de la future Olympiade Culturelle.
À terme, l'Odyssée pourra devenir un rendez-vous annuel jusqu’aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, et au delà...

→ LES ENJEUX DU PROJET

• Ouvrir la ville sur ses cours d’eau, en réapproprier ses berges en préservant ses écosystèmes fragiles,
• Changer les regards sur les territoires périphériques et valoriser un patrimoine naturel et industriel méconnu,
• Développer de nouvelles formes de tourisme urbain, créateur d’emploi et distributeur de richesses,
• Démocratiser les pratiques nautiques et développer les filières sportives et ludiques,
• Encourager le transport fluvial et la multi modalité, privilégier les mobilités douces, actives et les circuits courts,
• Concevoir une manifestation culturelle et sportive exemplaire.
 

Un peu d'histoire

« VILAINS SUR TERRE, MAIS SEIGNEURS SUR L’EAU »

De tous temps les Mariniers voulurent former un monde à part fait de flots et de voyages, et lorsqu’ils se présentaient, ils se disaient volontiers « vilains sur terre, mais seigneurs sur l’eau ». On pouvait d’ailleurs remarquer cette fierté qui transparaissaient sur leurs costumes fait de souliers à boucles, de vestes courtes ornées de boutons dorés, et de boucles d’oreille en or. Lorsqu’ils mettaient un pied à terre, ces marins coquins et séducteurs s’amusaient à taquiner les citadins en préparant leur spécialité culinaire, le hérisson rôti. Mais leur véritable heure de gloire avait lieu une fois par an, lorsque était organisée entre le pont Notre-Dame et le pont au change à Paris, la joute des mariniers.

L’ÉMERGENCE D’UN PEUPLE DU FLEUVE

DES CRUES DE LA SEINE, AUX JOP DE 2024

Les récentes crues de la Seine qui ont touché Paris et sa métropole en juin 2016 et en janvier 2018 ont fortement impacté l’écosystème des entreprises du fleuve, les navigants, les industriels et les établissements flottants. Ces deux catastrophes naturelles dans un laps de temps court ont eu pour effet de rapprocher et de fédérer des univers qui se côtoyaient sans réellement se connaître, faisant émerger une identité multiple et solidaire, un peuple du fleuve. Une fois passées les urgences et les réparations, ce peuple nouvellement retrouvé, a spontanément émis un besoin commun, celui d’inventer un événement sur le fleuve qui en soit le reflet.
La perspective des épreuves nautiques des JOP en 2024, fait rêver autant qu’elle inquiète les travailleurs du fleuve et les habitants. Comment faire pour que la grande fête du sport ne vienne pas paralyser la vie qui est là, mais au contraire s’intègre dans une fête à l’échelle de la grande métropole en devenir ?
L’Odyssée vient offrir une nouvelle expérience urbaine : développer de nouvelles voies et systèmes de navigation franciliens, qui bénéficieront à tous.

UNE JONQUE CHINOISE, UN BATEAU PHARE...

Une longue histoire sur la Seine

En 1995 une bande de jeunes débarquait Port de la Gare à bord d’une jonque chinoise rebaptisée La Guinguette Pirate sans se douter qu’elle ouvrait le nouveau chapitre d’une aventure qui dure encore. Premier bateau à concerts de l’Est parisien, le succès est immédiat. Quatre ans plus tard, La Guinguette Pirate récidive avec Le Batofar, qui va guider dans les nuits parisiennes, les fêtards du monde entier. Laissant derrière elle ces deux bateaux, l’association se lance dans un long chantier et revient en 2011 avec le Petit Bain, équipement neuf, conçu par les architectes Encore Heureux. Depuis 2019, l’association se lance dans le défi incroyable d’inventer pour les JOP de 2024, une grande épopée qui commence en devant chez soi, et reviendra chaque année envahir la Seine et les canaux : L’Odyssée.
L’aventure ne fait que commencer…

À LA BARRE

AVEC